Feeds:
Articles
Commentaires

Ca déménage …

Je commence à en avoir ras-le-bol de WordPress et de ses sauts de lignes à la houdini (un coup l’est là, un coup l’est pas là !!!)

Donc la suite c’est chez :

http://prettycrocodile.blogspot.fr/

(Pourquoi Pretty Crocodile ? Eh bien il paraît que j’ai des points communs avec ces sympathiques animaux … héhé … )

Come as you are

Un petit revival Nirvana ? Ah, toute ma jeunesse … Mais maintenant je suis une grande fille, alors pour la version 2.0, j’ai fait dans la chemise à carreaux, certes, mais du petit carreau neutre et de bon goût. Ah, et je me suis lavée les cheveux, aussi. Désolée, Kurt, je suis passée du côté obscur du shampooing.
cintre
Ce modèle, c’est le chemisier 40’s du Burda 01/2011, sauf que j’ai changé les manches. Et la longueur. Et la forme de l’ourlet. Et le col aussi. Et j’ai ôté les pinces. Enfin, bref, j’ai gardé les fronces aux épaules, la patte de boutonnage et l’empiècement dos et … c’est tout, je crois. D’ailleurs, en parlant de l’empiècement dos, il est heureux que j’aie opté pour un motif discret parce que je me suis très légèrement complètement mangé la découpe d’icelui. Eh oui, Mâdâme, les carreaux, ça se coupe tissu déplié, sinon on fait comme votre servitrice, on place le patron tout propre sur la couche du dessus pendant que la couche du dessous vit sa vie et se retrouve de travers … Enfin, ça reste dans la limite du supportable, et puis si, à côté, je prends mon air d’ado-trop-dur-ma-life millésime 1993, ça passera inaperçu.
Cintre_ourlet_crop Cintre_manche_crop Cintre_epaule_crop
Sinon, pour le reste, je suis quand même hyper contente de mes finitions, de mes petites surpiqûres au bord, et en particulier de cet ourlet liquette de toute beauté.  Qui plus est, pour un modèle aussi oversized, il ne fait pas trop « SOS je me noie dans ma chemise », ce qui est en soi un tour de force.
 Porte_devant Porte_cote

Détails techniques :

Modèle : 107 de Burda 01/2011. Plus ou moins. 
 
Taille : Alors, là j’avoue que j’ai un trou. Je me souviens avoir hésité entre le 40 et le 42 car je voulais de l’ample, mais je ne me souviens plus du tout de ce que j’ai choisi au final. Mais, bon, c’est ample.
 
Modifications : manches et emmanchures pris à blouse Unter Den Linden (), encolure et col de la chemisette de garagiste (), suppression des pinces, rallongé de 10 ou 15 cm (me souviens plus) avec improvisation d’un bas liquette. Et rajout de surpiqûres un peu partout, parce que les surpiqûres, c’est le bien. 

Faux plis

Pour ce petit top, on peut dire que l’accouchement a été long, à défaut d’être difficile. De mémoire, je crois que j’avais tenté une toile l’année dernière, qui m’avait suffisamment plu pour que, début juillet, toute à la joie de remiser mes classeurs, j’entame une version définitive dans une batiste noire hyper agréable. Bon, mon enthousiasme a été un peu prématuré : une fois le tissu coupé, il m’aura fallu ensuite deux mois avant d’avoir le temps de m’y remettre réellement.
Quand du coton noir tu  coudras, à repasser et à dépoussiérer ton temps tu passeras, jeune Padawan ...

Quand du coton noir tu coudras, à repasser et à dépoussiérer ton temps tu passeras, jeune Padawan …

Cintre_plis_crop
Et là, malheur : à l’essayage, le rendu n’était franchement pas terrible … A strictement parler, la taille était correcte, mais il lui manquait quelques centimètres aux hanches pour tomber nonchalament bien par-dessus un jean … Faute de pouvoir rajouter du tissu là où il n’y en avait pas, j’ai taillé dans la longueur sans trop de conviction, et bingo ! Ca a marché.
Porte_crop

Détails techniques :

Modèle : 128 du Burda 09/2011
 
Taille : 40, impec’ pour un 40 du commerce (le modèle est ample mais il ne baille ni aux emmanchures, ni à l’encolure, high five!)
 
Modifications : -12cm en longueur par rapport à la longueur théorique, ajout de surpiqûres devant et autour du « col », boutons placés au feeling.
 

D’habitude, je suis à l’ouest sur les coloris tendances mais, cette année, la combinaison bleu+noir m’a tapé dans l’oeil. Bon, pour être tout à fait exacte, c’est pas juste le bleu et le noir, c’est le sac Absinthe de Sandro en bleu et noir – pour des raisons évidentes, j’ai cherché un dérivatif qui coûte moins qu’un aller-retour Paris-New York. Alors, quand j’ai vu ce milano bleu nuit chez Toto, je n’ai pas réfléchi cinq minutes avant de demander gentiment au Monsieur de m’en jeter deux mètres dans le cabas. Je n’ai même pas pris le temps de l’examiner de plus près, ce qui m’aurait appris que 1/ il va pas tenir deux lavages sans boulocher et 2/ il a cette irisation suspecte, caractéristique bien connue de l’élasthane cheap.

Ca n’a pas loupé. Traçage ? No problem. Coupage ? Les doigts dans le nez. Couturage ? La moitié des points qui sautent et la MAC qui couine comme un cochon qu’on égorge. Quand j’ai voulu piquer la première pince, je crois qu’on a entendu mes hurlements à l’autre bout de la rue. Après un après-midi à suer sang et eau, à tester tous les réglages, toutes les aiguilles, toutes les tensions, à invoquer tous les démons connus plus une poignée d’autres, j’ai fini par signer une trêve avec ma machine, moyennant une aiguille stretch, un bâti préalable et la promesse juré-craché de toujours tenir le tissu bien tendu et plat façon tambour sous le pied de biche.

On dirait qu'elle est vraiment courte comme ça, hein ? Ben en vrai c'est pareil.

On dirait qu’elle est vraiment courte comme ça, hein ? Ben en vrai c’est pareil.

M’enfin, faut voir le bon côté des choses : ma robe elle est jolie, elle a pile la couleur que je veux, elle est top confort, elle n’a même pas besoin de fermeture éclair (gniark gniark) et le milano a au moins un avantage, c’est qu’il ne nécessite pas de finitions (gniark gniark bis). Pour les pinces pas au top, j’ai des circonstances atténuantes, votre Honneur …
C'est pas tout à fait ce bleu-là ...

C’est pas tout à fait ce bleu-là …

... ni celui-là d'ailleurs (plus clair).

… ni celui-là d’ailleurs (plus clair).

Malheureusement, avec les températures d’été qu’on supporte depuis une semaine, les collants noirs ne sont pas encore d’actualité … Je vais devoir patienter pour arborer mon duo gagnant !

Détails techniques :

 

Modèle : Tendances Coutures n°7, modèle 44/45, version « longue » avec les manches de la version courte (vous aurez constaté que la notion de « version longue » est toute relative ici …)

Taille : 40, impec’ pour un 40 du commerce à la carrure large

Modifications : suppression de la  fermeture éclair, encolure légèrement élargie (1,5cm de chaque côté, de mémoire), manches rétrécies et raccourcies, surpiqûres façon aiguille double aux ourlets.

Still not dead

Eh oui, toujours bien en vie (enfin, y’a certains matins où je me pose la question), toujours en train d’user mes fonds de culotte sur les bancs de la fac la moitié du temps, et sur le règlementaire fauteuil corporate à roulettes l’autre moitié.

Et la couture ? Mes amis, ça me manque grave. J’en suis à courir aller patouiller les rouleaux de tissus du marchand le samedi, juste pour avoir mon fix.

Tranches

En attendant j’ai de saines lectures.


GNBBS

Je pense que j’ai déjà dû le répéter un millier de fois, mais le blog de Gertie est ce qui m’a lancé vers la « vraie » couture. Le livre n’est pas parfait mais j’aime bien la partie « apprentissage » et ses méthodes un peu old-school, ainsi que le ton très frais de l’auteur.

GNBBS2

J’aime également les modèles –  pour une fois, c’est du rétro pour grandes personnes, pas du ModCloth-like. (Non que ModCloth ce soit pas bien, mais, heu … Oui, bon, OK, j’aime pas)(‘fin bref).

GNBBS3

 

GNBBS4

Si vous suivez régulièrement le blog de Gertie, vous trouverez peu de nouveautés, à part les patrons bien sûr. Sinon c’est un livre qui se démarque assez nettement des autres livres de couture que j’ai pu consulter, à la fois sur les modèles et les méthodes qui ont tous les deux un parfum nettement plus vintage que les adaptations modernes qu’on peut trouver sur BurdaStyle ou sur Colette, par exemple.  Le tout paraît, à mon avis, plus sincère.

Il ne reste plus qu’à essayer un des modèles, mais ce n’est pas encore pour aujourd’hui.

 

Overdressed

 

Quant au deuxième, c’est une charge intéressante sur la mode « prêt-à-jeter », même si l’ensemble est plus passionné que terriblement structuré et argumenté. Mais nul n’est parfait, et le contenu en vaut parfaitement la peine, on apprend énormément sur les mécanismes en jeu dans ce commerce ébouriffant. Evidemment ça plaît à ma rebelle intérieure, no pasaran, tout ça tout ça. Je le conseille bien sûr à tous ceux qui se sont toujours senti un peu mal à l’aise devant les kilomètres de rayonnages du prêt-à-porter à pas cher – ou à cher, d’ailleurs.

Pour les autres, soyons francs, je doute que ça vous fasse voir la lumière (d’ailleurs, ModCloth, hein …).

Ma seule critique serait on n’évite pas certains clichés : les Françaises n’ont que quelques vêtements mais d’une qualité exquise ( faut que je lui présente une ou deux copines …), nos grand-mères étaient toutes d’excellentes couturières qui repompaient Christian Dior dans leur cuisine (ha, j’en doute fort) … Et puis l’accent mis sur le re-fashioning et la mode éthique m’a laissée de marbre, probablement parce que, d’expérience, je trouve rarement les résultats à mon goût, mais c’est une opinion personnelle.

Vide-placard

Eh oui, voici le temps du vide-placard !

Voici quelques réalisations persos que je vous propose au cas où avant de les confier à ce cher Emmaüs avec le reste.

Le tarif : contre frais de port (je vous indiquerai le poids que chaque article).





La blouse Unter Den Linden :

https://rosemiracles.wordpress.com/2011/01/23/burda-09-2010-109c-unten-den-linden/

(Définitivement trop juste pour moi. L’ourlet n’est pas des plus réussis).





La robe bleue minimaliste :

https://rosemiracles.wordpress.com/2011/03/25/burda-02-2011-118-minimaliste/

(Trop courte pour que je m’y sente à l’aise. Depuis les photos, j’ai changé la parementure d’encolure pour un biais ton-sur-ton à pois).





La jupe Okaramel

https://rosemiracles.wordpress.com/2010/12/19/burda-10-2010-115-jupe-okaramel/

(Là aussi, bien trop courte pour mes trop nombreux printemps).





La chemise Terre et Mer

https://rosemiracles.wordpress.com/2010/11/06/burda-10-2009-121-terre-et-mer/

(La couleur ne va avec rien dans ma penderie.)





La jupe Carmelita

https://rosemiracles.wordpress.com/2010/09/23/burda-042010-125-oy-carmelita/

(Trop habillée pour mon quotidien. Attention, cette jupe a été faite avant que j’aie ma surjeteuse donc les coutures intérieures sur surfilées à la machine classique. Depuis, j’ai changé la surpiqûre au dessus du volant par une surpiqûre double).





La robe Bed of Roses

https://rosemiracles.wordpress.com/2012/07/07/bed-of-roses/

(Je n’ai pas une vie à porter des robes en soie …)





Il devrait y en avoir d’autre à l’avenir, mais je n’ai pas encore fini mon tri … Lequel n’était pas du luxe, mondieumondieu

Faute de pouvoir coudre, il me faut un fix de DIY dans ma vie. Heureusement, il y a toujours Burda avec ses hauts et ses bas. Et encore des bas.

Malheureusement ce burda du mois de novembre est un peu plat, je trouve, à l’image des derniers numéros. De plus en plus de modèles simpliste, du genre « je coupe deux trous dans un carré et j’ai une cape ». Ou alors je suis devenue vieille et grincheuse ? (enfin, encore plus qu’avant ?).

Heureusement, il y a :

Je n’aurais jamais eu l’idée de faire un blouson en lainage, mais plus je regarde cette photo, plus ça me semble indispensable à mon équilibre de vie

J’eusse aimé avoir ce patron avant de me lancer dans la refonte intégrale d’un patron similaire cet été, soldé par un demi-échec. J’espère juste que les pantalons 7/8 seront encore à l’affiche à l’automne prochain.

Avec quelques modifs de tissu et de longueur, cette tunique a du potentiel – surtout si on fait abstraction de l’air particulièrement … burda-esque du modèle.

Ggggnnnnnnbblblllllbbbllllllll (bruit de la Rose qui se pâme d’aise). Malheureusement, c’est un peu comme la Twingo, faut inventer la vie qui va avec.

Je soupçonne que ce modèle aura un vif succès – pour ma part je le tenterais bien, mais en éliminant un des volants de la jupe. Je n’ai plus l’âge de me déguiser en pièce montée.

Et même pas un petit Burda d’or catégorie WTF pour se décrisper le fil à bâtir …

 

Juste un premier accessit pour ce, hum, pantalon … Parce que, loungewear ou pas loungewear, si je mets ça sur le dos, je m’auto-divorce de moi-même.

… et un prix honoris causa pour l’ensemble de sa carrière au brillant styliste qui a trouvé judicieux de faire toute une série en lycra-papier-alu. Preuve que même les mannequins ne peuvent pas tout porter.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.