Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for décembre 2010

Et m…erry Christmas.

Bon, finalement, j’ai pu faire cette dernière petite tunique avant le retour de la revanche de la dinde farcie.

Ben j’aurais pas dû.

Non, mais regardez-moi ces emmanchures ! Encore un peu et je peux faire la doublure de Tina Turner dans Mad Max.

(Et là, normalement, vous me maudissez pour vous avoir collé « We don’t need another heeeeeeeeeeeerooooooooooo » dans la tête pour  un moment !)

Pour Dieu sait quelle raison, j’ai pensé à soutenir l’encolure, mais pas les emmanchures pourtant franchement taillées dans le biais. Bon, le tissu ne me manquera pas plus que ça, et puis maintenant j’ai retenu la leçon, mais je dois avouer que finir l’année sur ça m’a sérieusement plombé le moral.

Et puis, erreur de débutante, j’ai choisi un tissu trop lourd et/ou rigide.

Pffffff, s’il vous plaît, soyez gentilles, buvez une coupette à ma santé, j’en aurai besoin.

Heureusement, avec un p’tit noeud, tout va toujours mieux.

« Aujourd’hui, Rose découvre les effets spéciaux de Photofiltre »

Bon, cette fois-ci ça y est, je vous abandonne pour 2010 …

Joyeux Noël et bonne année à toutes !

Read Full Post »

Allez, une dernière pour la route 2010 … J’aurais aimé lui adjoindre une petite tunique aussi mais, las, je reste, en couture, d’une lenteur désespérante malgré mon emploi du temps free as a bird. Une bonne résolution en vue pour 2011 ?

Toujours dans la thématique de saison : planquer ! Après une longue période « jupes crayons, froufrous et robes droites », et alors même que Marie-Claire annonce le retour de l' »ultra-féminité » (sic), je semble glisser irrémédiablement vers le confortable et le tout doux. Bon, double effet Kisscool, j’ai un peu l’impression de ressembler à un crocodile qui aurait avalé une pilates ball, mais passons …

Ouéééé, moi aussi je peux me cacher avec mes cheveux !

Testé pour vous : comme j’étais juste niveau tissu, j’ai voulu faire ma maligne en coupant tous les fonds de poche dans la doublure, et ce n’est pas une bonne idée (d’ailleurs, quelqu’un pourrait-il m’expliquer pourquoi, alors que j’ai réussi la version à double passepoil du premier coup les doigts dans le nez, j’ai dû m’y reprendre trois fois pour de bêtes poches prises dans la couture, dont je ne suis d’ailleurs toujours pas satisfaite ? Grrmmmblll).

Non, ce n’est pas la « luminosité » qui est pourrie, c’est juste moi qui sais pas faire des photos.

 

En version longue, ça ne m’allait vraiment pas, donc j’ai opté pour la mini.

 

A part ça, Okaramel, c’est un délice à tartiner de chez nos amis québécois, un mélange chocolat noir – caramel à se rouler par terre … de quoi remplir cette jupette en un rien de temps, hum hum.

Read Full Post »

Après un premier essai peu concluant en tricot, et un deuxième qui n’a pas dépassé le stade de la … chose, comment retrouver la foi ?

1/ Prendre 6 pelotes d’une laine énorme toute douce en moumoute de pétrole, dans un coloris que je m’obstine à appeler kaki et que Philou appelle « lichen » (le lichen est donc furieusement tendance cet hiver, vous voilà prévenues).

2/ Se munir de pieux surdimensionnés, avec la bénédiction de la vendeuse dudit Philou (« Vous, vous devez tricoter serré, je me trompe ? » … Hmmm … L’art du compliment caché … bien bien caché … ), et en plastique qui plus est, qui glissent admirablement  et me permettent enfin de tricoter relax sans risquer la contracture du deltoïde arrière gauche à chaque maille.

3/ S’armer également d’une saison d’Hero Corp, et une autre de Mad Men, ainsi que d’une réapparition de Cold Case fort opportune.

4/ Prendre le problème à bras-le-corps : je galère avec le jersey ? Je vais en bouffer, du jersey !

Et vous obtenez une écharpe extra-longue, extra-douce, bien douillette, qui s’enroule tout le temps et qui colle des poils partout mais qui grandit à vue d’oeil. (Et pour conforter la ressemblance entre cette chose et nos amis félins, elle ressemble à une serpillère quand elle sort de l’eau).

J’chu fin bien, comme on dit dans mon Est natal (mais c’est qu’on veut g’ler, vindieux!).


Et hop, mission accomplie –  à force de manipuler avec bonheur ce doudoutoudou, je maîtrise la maille envers sans les mains et la motivation pour le tricot est revenue !

Le monde est mon huître, pour reprendre une expression américaine de saison.

Petit anecdote amusante : des amis, que par ailleurs toutes mes tentatives de coutures anglaises, de poches italiennes et de cols tailleurs laissent de marbre, ont complètement craqué pour ce qui reste un rectangle en jersey taille 10 plein de trous et de défauts.
C’est bien la peine …

Read Full Post »

Allez, tu l’attendais, celle-là, non ? Ben oui, quoi, si j’ai été d’une gentillesse exemplaire avec tout le monde durant un an, c’est pas juste pour me javelliser le karma, hein.

Le monsieur du comptoir Air France cet été ? Aaaaah, oui, mais non, c’était avant mon café du matin, ça compte pas. Et puis après cinq minutes on voyait presque plus la trace des dents. Pis il avait qu’à pas m’appeler « ma p’tite dame », d’abord. A 4h du mat’, j’ai la bonhomie atrophiée.

Bref, en ces temps de crise, je vais être clémente et limiter ma lettre à un article.

Papa Noël, je veux une épingle en forme de pomme (me demande pas ce que je ferai de une épingle, t’occupes).

Au pire du pire, je veux bien la version cupcake aussi.

 

Merci tout plein, mon papounet Noël adoré.

 

… La petite Rose, toujours très sage, ou presque.

Read Full Post »

Encouragée par Coconuts, Eliowyn et Nanalye de T&N, je me suis lancée dans la confection de THE pièce qui vous pose une couturière : le manteau. Même pas peur.

Grande audacieuse, j’ai prudemment choisi le modèle simplissime du Burda Facile de cet automne (veste/manteau étant la seule raison pour laquelle je l’ai acheté, d’ailleurs … ). De toute manière,  il suffit de me présenter un truc noir façon Parisienne pour que je morde à l’hameçon, provinciale complexée que je suis  :)

Pas de grosse difficulté, à part deux poches passepoilées qui sont passées comme une lettre à la Poste grâce au patron bien conçu et (ça m’écorche la bouche de le dire) aux instructions.

Pas de grosse difficulté, certes, mais pas mal de détails inhérents à ce type de pièce qui demandent de la minutie et de la patience (hum, mes deux grandes qualités …). Mention spéciale au biais à l’intérieur du rabat devant qui remporte haut la main le titre d’Idée à la Con de l’année. Mais ça en jette et je suis une fille très superficielle :)

Autre problème : la matière. J’adore surpiquer les contours car je trouve le résultat plus « pro », mais là il a fallu que j’abandonne l’idée : par endroit, les épaisseurs de tissus ne passaient même pas sous le pied de biche relevé. J’ai tué deux aiguilles 100 dans la réalisation, et fait plus d’une fois brouter ma machine, pourtant pas chipoteuse pour deux sous. Il faut croire que j’ai atteint ses limites !

Enfin, dernier souci : la carrure. Après essai, le 38 était trop large aux épaules, et avec cette forme droite, ça faisait franchement sac. J’ai donc idiotement taillé un 36 qui est, du coup, un peu serré aux entournures. Avec un pull fin, ça passe, mais on oublie le col roulé en poil de yack.

Allez, sans plus de blabla (comme d’hab, si ce modèle vous intéresse et que vous voulez des précisions je vous les transmettrai avec plaisir).

Moi dedans – on dirait qu’il n’est pas centré, mais c’est moi qui tourne/penche la tête … J’ai vérifié, vous pensez bien !

La doublure, un mélange viscose-coton-soie au toucher très luxueux mais peut-être un peu fragile :

Zoom sur le biais made in La Droguerie à l’intérieur du rabat (et sur mon t-shirt en même temps :) ):

Les boutons du col, purement ornementaux, viennent aussi de la Droguerie (et sont assortis au zip, the classe). J’ai éliminé les galons de reps (gné?), mais surpiqué les découpes devant et dos. Et vous pouvez confirmer que tout est bien centré !

Last but not least, les poches passepoilées dont je suis fière au-delà des mots :

Conclusion : c’est vraiment très gratifiant, mais ça m’a demandé une énergie et un temps fou. Je ne suis pas sûre que j’étais prête à entreprendre un morceau aussi gros… Ou alors, il aurait fallu que je fasse une entorse à mes principes et que j’entrecoupe ceci avec d’autres projets simples. Résultat : je ne suis pas totalement satisfaites de mes finitions (en particulier l’ourlet – j’ai toujours pas compris comment, alors que toutes les coutures étaient parfaitement raccord par ailleurs, mon surplus d’ourlet a pu finir pas complètement droit … )

Je recommencerai sans doute … dans un an, le temps de m’en remettre !

Read Full Post »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.