Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for avril 2011

Ceci n’est pas un tuto, mais plutôt une demande d’avis sur un bidouillage perso.

Tout a commencé en inspectant les vêtements du commerce finis au biais « invisible » (sur l’envers). Ils ont tous deux lignes de couture sur l’envers, et une sur l’endroit. Je trouve ça joli, et plus « net » que la finition classique proposée dans tous les manuels de couture. N’ayant rien trouvé sur le Net qui y ressemble, j’ai fait tourner les petites cellules grises, et je suis arrivée à ça … Sauf qu’il y a peu de chance que je sois la seule à y avoir réfléchi, donc peut-être qu’il y a une faille dans ma méthode ? Bref, assez parlé. Voilà la chose :

On prend un bord, disons une encolure, avec surplus de couture, et un bout de biais de 4 cm de large. On trace la ligne de couture sur l’encolure (ici, à 1 cm, en rose)  :

1/ On plie le biais en 2 dans la longueur, endroit à l’extérieur, puis on le place sur l’endroit du tissu, comme ceci :

– pli sur la ligne de couture rose

– bords du biais sur le bord du tissu.

En gros, le biais recouvre le surplus de couture :

Puis on presse au fer pour donner la forme, comme d’habitude, et on bâtit/épingle/prie, comme vous voulez.

2/ On pique le biais tout près du pli (genre 1 ou 2 mm).

3/ On recoupe à 1 ou 2 mm  le surplus de couture de l’encolure ainsi que l’épaisseur du biais la plus proche :

4 /  On replie le biais entier sur l’envers, suivant la ligne de couture de l’encolure (en rose), en rempliant le bord non coupé à l’intérieur, puis pressage et bâti/épinglage :

(Admirez au passage les cailloux de calcaire que mon fer a commencé à me pondre … Il file un mauvais coton, celui-là).

5/ Enfin, on surpique de l’extérieur, normal.

Voilà ce que ça donne à l’envers, une fois bien repassé :

Bon, là c’est fait un peu à l’arrache, à main levée et sans bâti, mais je trouve que ça fait bien plat et pas mal du tout. Qui plus est, lors de l’étape 4, on maitrise la largeur du rempli donc on peut vraiment faire une finition de largeur égale partout.

Vous en pensez quoi ? Y’a une astuce que j’ai oublié ?

(Au passage, si quelqu’un sait comment sont effectivement faites ces finitions dans l’industrie, je suis preneuse, ça m’intrigue).

Read Full Post »

(Oh, tiens, un pantalon large ? Comme c’est original, Rose, ça faisait au moins 2 semaines que tu n’en avais pas posté)

Voici le patron dont je rêvais depuis des lustres, et que j’ai pu avoir entre les mains grâce à une PatternRevieweuse d’une gentillesse incroyable.

Il s’agit du patron d’un pantalon de prêt-à-porter, le « Melissa » de la marque Alice+Olivia, qui pour info se vendait à plus de 150 euros …

Le problème, pour celles qui ne seraient pas accointées avec les patrons américains, c’est qu’ils sont généralement proposés en deux jeux de tailles, ici 32 à 38 et 40 à 48. Et si on navigue entre les deux, pas de bol, faut acheter l’un et l’autre. Payer 2 x 20 euros pour un seul modèle me disait assez peu. Heureusement que cette PR-euse est venue à la rescousse et m’a fourni les deux enveloppes !

Ceci est donc mon premier essai, en taille 12 (40)

Admirez cette pose, quand même,trèèèèès légèrement inspirée de l'enveloppe :D

Le tissu est un coton avec élasthane, une sorte de denim gris léger et mou qui rend un peu bizarre sur ce modèle assez habillé, mais qui sera parfait pour l’été.

La taille est portable mais il va définitivement falloir bidouiller – c’est un peu trop grand, l’arrière des cuisses baille de manière assez inesthétique et le genou n’est pas assez défini. Comme mon tissu s’est distendu en le portant, je ne vous raconte pas le carnage.

Oui, le lustre a encore voulu m'assassiner à coup de pompoms ! Je m'insurge !

Ceci dit, les détails qui tuent font que je vais tenter ladite bidouille : poches passepoilées devant et derrière, les poches arrières s’ornant en plus de brides et boutons. Mais surtout, une ceinture montée qui devrait être brevetée tellement elle est bien pensée : large, en forme, et pas la moindre trace de baillement à l’arrière malgré la taille assez haute et l’absence totale de pinces. Alice et Olivia sont douées ! Tout ça donne un pantalon qui fait très pro. J’ai quand même essayé de ne pas faire trop propre-carré, pour aller avec le tissu très casual (et comme je doute de le porter souvent rapport à la taille, c’est aussi bien).

Au passage, vous noterez mon don naturel pour le repassage (en même temps, le coton, c’est fourbe, ça se froisse quand on le jette en boule dans l’armoire pour un rien)

Les instructions sont impeccables, même si je ne les ai pas suivies pour le montage du zip (Sandra Betzina, tout ça, tout ça, vous connaissez la chanson).

Read Full Post »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.